Un climat qui modifie les vacances d’été 2012 des français

Au-delà du climat déplorable qui touche cet été 2012, il est intéressant de se pencher sur le sort des touristes français qui après avoir longuement attendu leurs vacances annuelles, vont devoir rester enfermés dans leur caravane, toile de tente, ou chambre d’hôtel. Bien que cela ne soit pas un drame en soi, il faut tout de même admettre que cela peut paraître frustrant de ne pas profiter pleinement de ces vacances.

Certains ont décidés de rester chez eux

Après avoir longuement hésité, de nombreux français, au regard de la météo, ont tout simplement décidé de rester chez eux. Plutôt que de dépenser des sous pour rester enfermer loin de chez soi, ils ont préféré profiter des quelques éclaircies pour s’installer confortablement dans leur salon de jardin en résine tressée.

La faible affluence de touristes pénalise les saisonniers

Très dépendants des flux de touristes, les saisonniers ont déjà du mal à encaisser la baisse brutale des dépenses des touristes. Excepté le sud de la France, qui comme à l’habitude bénéficie d’un climat tout simplement magnifique, les autres régions de la France sont frappées par des températures inférieures aux températures moyennes du printemps de cette même année. Sur certains bords de mer, il n’est pas rare d’afficher des températures égales à 14 ou 15 degrés. Ce qui n’est pas l’idéal pour des saisonniers qui misent sur les terrasses et autres modes de consommation en extérieur.

Une modification des destinations de vacances

Face au risque trop élevé de pâtir du mauvais temps, tout en souhaitant maitriser au maximum leur budget, de nombreuses familles décident désormais de partir en vacances dans des destinations reconnues mondialement pour la douceur de leur climat. Ainsi, on assiste à une hausse sensible des départs vers les pays du Maghreb comme la Tunisie, le Maroc ou parfois même l’Algérie. Ce qui n’est pas du goût des professionnels du tourisme français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *