Street marketing, entre performances et contraintes légales

Il existe davantage de personnes qui optent pour le street marketing. Cela prouve qu’il s’agit d’une stratégie qui est efficace. Toutefois, il est conseillé de s’y connaître au préalable, y compris sur la législation en vigueur.

Description

Le street marketing ou marketing de rue est une campagne qui s’effectue dans la rue. Il permet ainsi d’être directement au contact de la cible. Il vise à communiquer en dépensant moins. Des entreprises adoptent davantage ce genre d’opération, car le fait d’être proche de la clientèle joue beaucoup en leur faveur. Les démarches sont simples, mais il est nécessaire de respecter la loi qui est mise en vigueur sur les actions commerciales effectuées sur la voie publique.

Il a été appliqué depuis longtemps, mais de façon différente (distribution de flyer, utilisation de caravane, etc.). Il a été relancé depuis quelques années afin de communiquer auprès des jeunes qui sont plus influencés par les campagnes comme celles à la TV ou à la radio. Avec son évolution, il est adapté à toutes les tranches d’âge et à tous les secteurs socioprofessionnels.

Il est surtout remarqué au cours des lancements de produits ou de l’émission des messages alternatifs. En fait, il est effectué sous différents aspects. Cela peut être une distribution de flyers, d’autocollants, d’échantillons, de gadgets, etc. Les organisateurs peuvent aussi faire des animations à titre événementiel.

La législation

Elle est mise en application et doit être respectée vu que cette opération s’effectue dans les lieux publics. Même si elle fait partie des actions relevant du colportage, il est impossible de la pratiquer dans n’importe quel endroit.

Selon la loi du 29 juillet 1881, celui qui veut être colporteur ou distributeur de brochures, de journaux, de livres, de lithographie et de photographies sur la voie publique ou dans un lieu public ou privé doit faire une déclaration auprès de la préfecture de son département.

Elle différencie le colportage professionnel et celui occasionnel qui n’a pas besoin de faire une déclaration. Le non-respect est passible de sanction et cela dépend du genre d’infraction comme une fausse déclaration, le non-présentation de l’accusé de réception, etc.

La déclaration

Elle doit contenir les données concernant le déclarant (non, prénoms, profession, adresse, âge et lieu de naissance). Il obtient ensuite un récépissé et le responsable présente sur le lieu détient la photocopie. Un certificat d’emploi lui est aussi nécessaire en cas de contrôle. Le titulaire doit l’avoir en permanence pour éviter les réquisitions.

Les obligations

Elles visent à respecter la loi mise en vigueur. Elles consistent à mentionner le nom et l’adresse de l’imprimeur sur tous les écrits rendus publics. À Paris, les brochures jetées sur la voie publique aux alentours de 30 m de la zone de distribution sont à ramasser. C’est valable pour une distribution mobile dont le ramassage se fait le long du trajet.

Les interdictions

Avant de se lancer dans ses démarches, il est conseillé de se renseigner auprès de la mairie ou de la préfecture dans le lieu où la campagne va avoir lieu. Pour chaque ville, il existe des arrêtés et des ordonnances qui réglementent ce type d’activité. Il est primordial de connaître les zones qui sont interdites.

1 commentaire

  1. Vous avez oublié de dire que c’est surtout une référence ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *