L’ISF, qu’est-ce que c’est ?

L’ISF ou Impôt de solidarité sur la fortune est un impôt que certains contribuables doivent payer. Ceux qui doivent s’en acquitter présentent un patrimoine net supérieur à un seuil fixé légalement. Le taux pratiqué peut varier de 0,50% à 1,50%, toutefois il existe certaines méthodes qui permettent d’obtenir une défiscalisation notamment la souscription d’un FCPI.

Calculer l’ISF

L’ISF se calcule en fonction de la valeur du patrimoine. De ce fait, plus le patrimoine est élevé plus le taux sera important. Il faut noter qu’il ne s’applique qu’aux personnes physiques domiciliées fiscalement en France et possédant un patrimoine (dans l’hexagone et à l’extérieur) qui dépasse le seuil, ainsi qu’à ceux qui ne vivent pas en France mais qui sont propriétaires de biens ayant une valeur supérieure au seuil de l’ISF sur le territoire français. Il revient au contribuable de calculer le montant de son ISF. Dans le cas où le montant se situe au-dessus du seuil ISF, celui-ci doit alors faire une déclaration à la Direction Générale des Finances publiques. Il faut savoir aussi que l’assiette de l’ISF comprend à la fois les biens des parents mais aussi les biens de leurs enfants mineurs.

Réduire l’ISF

Parmi les méthodes permettant d’obtenir une réduction d’impôts, on peut évoquer en particulier l’investissement dans des fonds communs de placement dans les entreprises innovantes appelés FCPI. La réduction d’ISF qu’on peut obtenir avec ce procédé est égale à 50% de la part du FCPI avec un plafond de 18 000 euros. Le contribuable peut également procéder au démembrement de la nue-propriété et de l’usufruit, ce qui va lui permettre de réduire sa base imposable. Il peut aussi souscrire un contrat de capitalisation car les plus-values ne sont pas soumises à l’ISF. Une autre solution consiste aussi à transmettre une partie de son patrimoine à ses enfants mais cela est valable uniquement si ces derniers présentent des difficultés financières.

A lire également