Blanche Neige le film sort le 13 Juin

Ce sujet a 2 réponses, 1 participant et a été mis à jour par  Cerbere, il y a 7 ans et 1 mois.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #1410

    Cerbere
    Admin bbPress

    mar 22, 2012 – Rupert Sаnders а décіdé de revіsіter le conte Blаnche-Neіge des frères Grіmm. View this post.

    #1552

    Cerbere
    Admin bbPress

    En attendant voici une bande annonce :

    #2875

    Cerbere
    Admin bbPress

    On peut le dire, jamais les frères Grimm n’auront été mis autant à l’honneur : cette année aura donné naissance à un florilège d’adaptation en tout genre, de Grimm, la nouvelle série Syfy à succès, en passant par deux nouvelles transpositions du conte de Blanche-Neige à l’écran. Alors oui, deux films pour la même histoire, c’est tout de même beaucoup, mais c’est bien le seul point que ces deux films ont en commun.

    Si Tarsem Singh a décidé d’en faire une comédie robe bonbon menée par Julia Robert et Lily Collins, la version de Rupert Sanders a pris le parti d’être beaucoup plus sombre. Véritable réécriture du conte original, Blanche-Neige et le chasseur nous offre un casting de choix, avec Charlize Theron (Monster, Prometheus) dans le rôle de la méchante reine Ravenna, Kristen Stewart (Twilight, Sur la Route) dans la peau de Blanche-Neige et Chris Hemsworth (Thor) dans celle du chasseur. Jusque-là, les rôles sont bien gardés, mais l’univers bon enfant de Disney est pourtant bien loin.

    Ici, Kristen Stewart troque sa robe de princesse pour une armure et campe une Blanche-Neige guerrière, prête à mener la bataille contre les forces du mal. Elle trouvera de l’aide auprès du chasseur – initialement missionné pour la tuer – devenu son coach, et mèneront ensemble la guerre pour libérer le royaume des mains de la diabolique Ravenna. Vous l’aurez compris, ce film n’a rien d’un conte de fée.

    Mais ce n’est pas la première fois que Hollywood joue la carte de la noirceur et s’éloigne de la version traditionnelle en reprenant le conte de Blanche-Neige. En 1997, soit 15 ans avant Rupert Sanders, Michael Cohn a proposé sa propre variante avec Blanche-Neige, le plus horrible des contes. Bien avant Charlize Theron, le rôle noir de la méchante belle-mère a été occupé par Sigourney Weaver. Parfaite en dominatrice névrosée terrifiée par sa peur de vieillir, l’actrice participe pleinement à l’ambiance inquiétante du film. Ici, Blanche-Neige se prénomme Lili et « Les sept nains » n’en sont pas.

    à lire sur :

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.