Annulation de permis, restez zen avec nos solutions

Le permis de conduire peut vous être retiré suite à cumul d’infractions commises sur la route. Il revient généralement au juge de décider de la nécessité d’annuler un permis ou non. Certaines circonstances telles que la conduite en état d’ivresse répétée ou l’usage de stupéfiants avant la prise du volant sont considérés comme des actes dangereux qui annulent le permis de manière automatique. Pour autant, il existe des possibilités pour les personnes ayant perdu leur précieux papier rose de conduire des voiturettes.

En théorie, les personnes qui se sont fait retirer leur permis ont le droit de piloter des voiturettes. Dans le cas où la notification du tribunal stipule que le conducteur n’a plus le droit de conduire des véhicules motorisés, cela signifie que la conduite de véhicules à deux roues et celle des voiturettes lui sont également interdites.

L’année de naissance du conducteur est également prise en compte s’il souhaite conduire une voiture sans permis. Il faut savoir notamment que les personnes nées avant 1988 ont l’autorisation de conduire une voiture sans permis. Pour toutes les personnes nées entre le 31 janvier 1987 et le 1 janvier 1997 doivent impérativement être titulaire d’un brevet de Sécurité Routière, au minimum. Pour les personnes nées après le 31 décembre 1996, il est indispensable de détenir un permis AM, qui est délivré à la suite d’une formation que chaque jeune de moins de 18 ans doit suivre pour pouvoir conduire une voiture sans permis. Selon la législation française, la voiturette est un engin motorisé et à 4 roues dont la vitesse maximale est de 45km/h. Elle est donc catégorisée comme étant un véhicule de catégorie L6e des quadricycles légers ; ce que l’on ne peut alors considérer comme une vraie voiture, car elle n’a pas un statut équivalent. De plus, l’assurance reste vraiment très peut cher, vous pouvez trouver des prix ici. La voiturette est une solution qui peut convenir à un conducteur sans permis dans la majorité des cas. Il est toutefois indispensable que le conducteur ne fasse pas l’objet d’une interdiction de conduite de véhicules motorisés.